Bonjour, Carlos ! Tu peux te présenter un peu ?

Bien sûr ! Je m’appelle Carlos, j’ai 41 ans et je viens de Valence, en Espagne. Pendant les dernières trois années j’ai vécu à Madrid, où j’ai fait le premier cycle des études de théologie. En septembre je partirai pour Naples afin de continuer mes études.

Qu’est-ce qui t’a amenée à Nador cet été ?

En juin j’étais en train de penser à quoi faire pendant l’été. La crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc venait de se produire, alors un jour l’idée m’est venue de connaître la mission de la Compagnie de Jésus ici à Nador. En plus, j’ai depuis longtemps cette « vocation africaine », et la possibilité de retourner en Afrique après avoir été au Tchad et au Cameroun me donnait de la joie.

Quel est ton travail à la Délégation ?

Mon travail principal a été de mettre en marche le service juridique avec Nya. Mon confrère jésuite Joaquín avait déjà fait un travail formidable en lisant beaucoup de textes qu’il nous a donnés. Pendant la première semaine il nous a beaucoup aidés, puis il est parti pour ses vacances en Espagne et pour Nya et moi est arrivé le moment de faire des sensibilisations pour lancer le service juridique à Al-Hoceïma, Oujda et Nador. D’autre côté, j’ai collaboré avec le Centre Baraka au sein des cours d’espagnol des professeurs Karima et Abdelhafid. Ça a été super ! Il y avait des étudiants qui préparaient l’examen DELE et l’opportunité de les aider a été géniale pour moi.

Finalement j’ai travaillé sur la newsletter que vous êtes en train de lire. J’aime bien écrire et faire un peu le journaliste.

De ce que tu as vu jusqu’à présent, qu’est-ce qui t’a touchée le plus ?

Bon, ce qui m’a impressionné le plus, c’est la capacité des équipes de travailler dans des circonstances qui sont souvent très difficiles humainement. Les premiers jours j’ai pu accompagner l’équipe médicale et connaître la situation des personnes migrantes du point de vue de la santé, les conditions dans lesquelles elles vivent… Ça touche beaucoup, évidemment.

D’autre côté, parmi les belles expériences, j’ai beaucoup apprécié l’implication et la motivation des étudiants du Centre Baraka. On voit chez eux un grand désir d´apprendre, et leur regard reconnaissant est quelque chose que je porte aussi dans mon cœur.

Comme jésuite, l’expérience de vivre dans une communauté si petite (à Madrid j’ai 14 confrères) a été très intéressante. Je me suis senti très à l´aise avec Àlvar et Joaquín. Cela a été une bonne expérience de la Compagnie de Jésus.